Le vrai visage de la laine

Les vegan ne portent pas de laine ? Ah bon mais pourquoi me direz-vous puisque un mouton doit être tondu et ce,  pour son bien-être  et aussi pour sa santé. Ça c’est vrai et personne ne le conteste. Tout le monde connaît l’histoire de Chris, ce mouton abandonné qui suffoquait sous sons épaisse toison puisqu’il n’avait pas été tondu depuis plus de 5 ans. Si Chris n’avait pas été trouvé, il aurait suffoqué sous sa laine et serait mort étouffé.

Alors pourquoi ne portons-nous pas de laine ? Pourquoi créer des manteaux vegan, des manteaux sans laine puisque la tonte  procure à l’animal un bien fou ?  Serions-nous, nous les vegan,  de méchants humains, souhaitant priver de leur tonte les gentils moutons ?

Dans l’absolu rien à dire sur la tonte. C’est vrai qu’on succombe vite à l’image d’Epinal : le gentil berger, au fin fond du Larzac, dans sa jolie bergerie en train de tondre avec douceur son petit troupeau. Les moutons gambadent dans les pâturages et tout le monde est ravi.

LA TRISTE RÉALITÉ

Mais la réalité est bien plus sombre. Dans la réalité, le petit troupeau est remplacé par des cheptels immenses et les gentils bergers par des brutes abruties.  Une enquête filmée de PETA dénonce l’horreur de la tonte en Australie (le plus gros pays producteur de laine). Les animaux sont brutalisés, piétinés, frappés en pleine tête par des employés visiblement excédés par leur travail. La manière dont certains éleveurs et tondeurs parlent de ces moutons fait froid dans le dos.  Les insultes pleuvent, les menaces de mort et de cruauté pleuvent. Ces imbéciles ne se rendent même pas compte qu’ils haïssent ceux qui les font vivre.

UN MONDE DE CRUAUTÉ

Dans ces élevages, la torture est légion. Des agneaux sont castrés à vif, des agnelles sont violées par des tondeurs, des animaux estropiés et malades sont traînés de force.  Ceux qui ne sont plus rentables ou dont on ne veut plus sont expédiés vers le Moyen Orient ou l’Afrique dans d’immenses bateaux bétaillères où ils s’entassent sur plusieurs étages privés de nourriture et d’eau. La chaleur y est tellement insupportable que  certains animaux meurent en route après une longue agonie. Ceux qui survivent finissent dans des abattoirs halal où ils sont égorgés encore conscients.

Et oui, tel est le vrai visage de la laine. Une exploitation sans fin, des animaux objets. Certaines marquent veillent à n’utiliser que de la laine issue d’exploitation éthique mais la grande majorité des marques ne sont pas très regardantes. Bien sûr, on peut toujours se raccrocher à l’image d’Epinal pour soulager sa conscience.

NOTRE CHOIX ETHIQUE

Je n’ai bien évidemment pas choisi cette voie. Je suis vegan tout d’abord par conviction mais aussi par philosophie. J’aime l’idée qu’on puisse vivre en Respectant les Hommes, les Animaux et la Planète. En plus de générer de la souffrance animale, la laine génère de la pollution car la laine brute doit subir de lourds traitements chimiques peu contrôlés et assez opaques. Ceci pourra faire l’objet d’un nouvel article.

La laine a malgré tout une vertu incontestable, elle tient chaud. Avoir chaud l’hiver sans laine est pour les vegan un vrai défi. Voilà pourquoi MAGNETHIK s’est lancé, après les sacs à main vegan, dans le manteau vegan mais chaud. Ce manteau sans laine made in Paris est conçu avec des matières écoresponsables et surtout sans aucune cruauté !   

Voir l’enquête de PETA

1 commentaire

Un article instructif et équilibré qui clarifie bien des points. Comme le dit Peta, l’élevage ovin est en Australie particulièrement cruel et justifie l’élimination des kangourous….
Dubief 29 novembre 2018

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés